La start-up vaudoise Evoé Wine Technologies prépare une suite de logiciels qui fait entrer le vin dans l’ère des objets connectés.

Légende photo: De la reconnaissance d’étiquettes à la gestion automatisée des caves, Evoé Wine Technologies développe une approche intégrée du commerce en ligne du vin.

Annoncé de longue date, le boom des objets connectés, de tous les objets, est en train de se matérialiser. Evoé Wine Technologies s’apprête à l’appliquer au monde du vin. Née de la fusion entre la startup suisse lacavevivante.ch et l’application mobile française Winewoo, l’entreprise combinera un système de gestion des vins en cave professionnelle et amateur basée sur les puces sans fil RFID avec une sorte de «Shazam» du vin. Une technologie qui permet d’identifier une bouteille à partir d’un smartphone puis de la commander en ligne.

Artisan de cette fusion, le serial entrepreneur suisse Jean-Pierre Rosat explique : «Le marché du vin représente 110 milliards de dollars dans le monde mais la part d’internet dans ce commerce reste limité à 7%. Evoé Wine Technologies entend largement augmenter cette proportion en simplifiant toute la chaine de valeur, de la cave à la table, avec des technologies numériques. »

Créée en mars 2013, lacavevivante.ch avait ainsi commencé par moderniser le carnet de cave en automatisant la saisie des bouteilles et leur suivi grâce à une puce RFID placée sur l’étiquette. «Les restaurants et les hôtels diminuent ainsi leurs stocks et se réapprovisionnent automatiquement par un système de drop-shipping», explique l’entrepreneur. La technologie s’est aussi révélée attractive pour les acheteurs privés dont les stocks de vins en cave deviennent ainsi disponibles sur une vaste place de marché. Depuis quelques années, de nombreux acheteurs de vins en primeur conservent, en effet, une partie de leur bouteilles avec l’objectif de les vendre plus cher lorsqu’elles auront atteint la maturité. En simplifiant la traçabilité de leurs caves, lacavevivante.ch leur donne la possibilité d’être facilement présent sur le marché gris.

Lire la suite…

Par Fabrice Delaye, Bilan 27.05.15

 

Share.

About Author

Fathi Derder

Conseiller national depuis décembre 2011, réélu en 2015, Fathi Derder (45 ans) est membre de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture. Il y défend une politique d’innovation active, et des conditions-cadres encourageant la recherche et le transfert technologique. Fathi Derder préside en outre l’association Le Réseau, un groupe de start-up, d’entreprises et de Hautes Ecoles suisses engagées pour l’entrepreneuriat et l’innovation. Journaliste, il fut notamment rédacteur en chef adjoint à la Radio suisse romande, puis rédacteur en chef de La Télé, avant de devenir journaliste indépendant. Il collabore notamment avec le journal Le Temps. En 2015, il publie « Le prochain Google sera suisse (à dix conditions) », aux éditions Slatkine.

Leave A Reply