Le magazine Bilan propose pour la troisième année consécutive sa sélection de start-up suisses prometteuses, qui recherchent actuellement des investisseurs pour financer leur croissance. Une édition spéciale qui sort en kiosques aujourd’hui, mercredi 4 février 2015.

En tout, pas moins de 97 start-up high-tech ont d’abord été pré-sélectionnées par la rédaction et les partenaires de Bilan (venturelab, CleantechAlps, AlpICT et BioAlps). Un jury composé d’entrepreneurs expérimentés (Raphaël Domjan, éco-aventurier, Laurent Farinelli, CEO de Fasteris, Dominik Grolimund, fondateur de Wuala, Carlos Moreira, CEO de WISeKey, Abir Oreibi, présidente de Lift et Fabrice Delaye, journaliste chez Bilan) a ensuite analysé et choisi les 50 start-up qui sont à l’honneur cette année.

Parmi ces 50 jeunes pousses dans les secteurs cleantech, informatique, électronique, Internet, medtech, biotech ou du luxe, 35 ont bénéficié du soutien de venturelab ou de venture kick. 15 start-up sont en outre parties à Boston et à New York avec les venture leaders USA et 4 à Beijing et Shanghai avec les venture leaders China. Plusieurs d’entre-elles font partie du classement des 100 meilleures start-up suisses.

La cuvée 2015 de Bilan confirme que les start-up suisses ont un potentiel de croissance élevé, en Suisse mais aussi à l’international. La 1ère start-up de Suisse, InSphero, fait par exemple partie de la sélection de Bilan. La spin-off de l’ETH Zurich compte les 15 plus importantes entreprises pharma- et biotech parmi ses clients et a prouvé que ses micro-tissus en 3D ont de l’avenir, notamment en Europe, où elle a remporté le prestigieux prix de création d’entreprise ACES en 2014. Selon Bilan, InSphero, qui recherche 19 millions de francs, «a besoin de fonds pour multiplier ses sites de production aux Etats-Unis et en Asie et développer son activité dans le diagnostic personnalisé.» L’édition spéciale de Bilan “Innovation: cinquantes start-up suisses dans lesquelles investir” sort dès aujourd’hui en kiosque.

Lire la suite…

Share.

About Author

Fathi Derder

Conseiller national depuis décembre 2011, réélu en 2015, Fathi Derder (45 ans) est membre de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture. Il y défend une politique d’innovation active, et des conditions-cadres encourageant la recherche et le transfert technologique. Fathi Derder préside en outre l’association Le Réseau, un groupe de start-up, d’entreprises et de Hautes Ecoles suisses engagées pour l’entrepreneuriat et l’innovation. Journaliste, il fut notamment rédacteur en chef adjoint à la Radio suisse romande, puis rédacteur en chef de La Télé, avant de devenir journaliste indépendant. Il collabore notamment avec le journal Le Temps. En 2015, il publie « Le prochain Google sera suisse (à dix conditions) », aux éditions Slatkine.

Leave A Reply