Suite à une demande du Réseau et un postulat de Fathi Derder, le SECO révèle que la Suisse est l’un des pays qui présente la plus grande proportion d’entreprises à forte croissance. Ces entreprises, existantes ou nouvelles, au nombre de 400 pour 100 000 habitants en Suisse, marquent fortement le tissu économique du pays.
Les données disponibles sur les entreprises et les start-up à forte croissance étaient jusqu’ici maigres en Suisse, ce qui rendait difficile toute comparaison à l’échelle internationale. Une étude d’Ecoplan, commandée par le SECO, vient combler cette lacune. Croisant pour la première fois différentes séries de données de l’Office fédéral de la statistique, elle propose un tableau général de ces entreprises en Suisse. Le Conseil fédéral, qui s’est engagé à approfondir l’analyse de cette catégorie d’entreprises en donnant suite au postulat Derder 13.4237 («Pour un meilleur développement des jeunes entreprises innovantes»), va s’appuyer sur les résultats de l’étude dans son rapport en réponse à ce postulat.L’étude identifie trois types d’entreprises à forte croissance: les entreprises qui présentent une croissance moyenne à forte (medium- and high-growth enterprises), les entreprises à forte croissance (high-growth enterprises) et les «gazelles». Sur une période de trois ans, les premières affichent une croissance annuelle de l’emploi de plus de 10 % en moyenne, les deuxièmes et les troisièmes une croissance de 20 % au minimum. Les «gazelles» ne doivent en outre pas avoir plus de cinq ans au terme de la période de trois ans.

En Suisse, environ 12 % des entreprises comptant plus de 10 employés sont des entreprises qui présentent une croissance moyenne à forte. Cette proportion est comparable à celle observée en Israël, en Allemagne, en Suède et en Grande-Bretagne, où elle se situe entre 11 et 15 %.

La part des entreprises à forte croissance s’élève à 3,5 % en Suisse. Cette dernière se rapproche ainsi des pays phares en la matière, tels que la Suède, la Grande-Bretagne et Israël, qui affichent un taux compris entre 4,0 et 5,5 %. Comme dans la plupart des pays comparés, c’est dans le secteur des services que la proportion de ce type d’entreprises est la plus élevée en Suisse (4,5 %).

Le nombre d’entreprises à forte croissance par habitant en Suisse est même nettement supérieur à la moyenne de la plupart des pays comparés. On y dénombre environ 400 entreprises pour 100 000 habitants, contre 300 en Israël et moins de 150 aux États-Unis. Les régions de Zurich et de l’Arc lémanique accueillent un nombre d’entreprises à forte croissance supérieur à la moyenne suisse.

S’agissant du nombre de «gazelles», les données disponibles permettent uniquement de définir une fourchette. Selon l’étude, leur nombre s’aligne toutefois sur celui des entreprises à forte croissance, pour une part située entre 0,2 et 0,8 %, ce qui représente entre 80 et 400 entreprises. Divers indices laissent à penser que la proportion de «gazelles» en Suisse serait plus proche de 0,8 %, juste derrière Israël (0,9 %), qui pointe en tête parmi les pays comparés.

Share.

About Author

Fathi Derder

Conseiller national depuis décembre 2011, réélu en 2015, Fathi Derder (45 ans) est membre de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture. Il y défend une politique d’innovation active, et des conditions-cadres encourageant la recherche et le transfert technologique. Fathi Derder préside en outre l’association Le Réseau, un groupe de start-up, d’entreprises et de Hautes Ecoles suisses engagées pour l’entrepreneuriat et l’innovation. Journaliste, il fut notamment rédacteur en chef adjoint à la Radio suisse romande, puis rédacteur en chef de La Télé, avant de devenir journaliste indépendant. Il collabore notamment avec le journal Le Temps. En 2015, il publie « Le prochain Google sera suisse (à dix conditions) », aux éditions Slatkine.

Leave A Reply